MrEpargne :: BLOG

Bourse, Immobilier, Banque, Placement, Investissement

Le pilotage de la trésorerie d’une entreprise

La comptabilité de trésorerie, vous connaissez. Mais saviez-vous que son application ne se limite plus désormais aux petites structures et aux BNC ? Non ? C’est donc qu’il est temps de faire le point sur ces idées reçues qui vous empêchent de passer à la compta de trésorerie. D’autant que vous auriez tort de vous en priver : l’Union européenne tout comme l’Ordre des Experts-Comptables ou Axeryss, expert comptable à Montigny le Bretonneux, incitent fortement à son déploiement auprès des sociétés, afin de simplifier les obligations des petites entreprises.

La comptabilité de trésorerie, c’est bon pour les BNC

Faux  ! Les BNC (médecins, avocats, infirmiers, kinésithérapeutes, orthophonistes…) sont certes le public traditionnel de la comptabilité de trésorerie. Mais son application a été ouverte par le législateur à toutes les entreprises qui entrent dans les bonnes cases, soit :

  • Les entreprises qui vendent des marchandises, des objets, des fournitures et des denrées à emporter ou à consommer sur place ou qui fournissent un logement, relevant des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) et qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 783 000 € HT ;
  • Les entreprises, quelle que soit leur forme juridique, relevant des BIC, proposant des activités de service et qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 236 000 € HT.

Impossible de passer une SARL en comptabilité de trésorerie !

C’est une idée reçue qui a la vie dure et pourtant… elle est complètement fausse. Le législateur n’a pas prévu de limiter l’application de la comptabilité de trésorerie à certains statuts. Autrement dit, que votre client soit en EURL, en SARL ou encore en SASU, tant qu’il respecte les seuils énoncés dans le paragraphe précédent, il est possible de faire une compta de trésorerie en cours d’année et d’ajouter les dettes et réserves en fin d’exercice.

C’est moins fiable, parce que le client ne fournit pas les factures non payées.

La comptabilité de trésorerie repose sur un fonctionnement très facilement compris et appliqué par les clients, car logique et intuitif. Parce qu’ils vous transmettent seulement les factures payées et conservent celles qui ne le sont pas (encore), ils oublient moins souvent de payer ou de se faire payer les factures en question. Ce qui facilite, in fine, le travail de l’expert-comptable !

D’accord, la comptabilité de trésorerie c’est bien pour le client. mais quid du respect du cadre de référence des missions d’assurance et de présentation des comptes ?

Pas d’inquiétude ! Comme expliqué un peu plus haut, la comptabilité de trésorerie est encouragée par de nombreux acteurs publics. Travailler avec cette méthode répond donc complètement au référentiel normatif et déontologique dans le cadre de missions de présentation des comptes et d’assurance. C’est même l’Ordre des Experts-Comptables qui le dit !

Cela dit, les pièces comptables scannées n’ont pas de valeur légale

Ce n’est plus vrai. Nous vivons à une époque de démocratisation des solutions numériques et de dématérialisation des données. L’expertise-comptable ne fait pas exception à la règle — après tout, notre profession est une profession bien ancrée dans son temps. Ainsi, la dématérialisation croissante des procédures légales et comptables a incité le législateur à définir la valeur probante d’un document numérique. Cette valeur est garantie par le traitement et la conservation de l’original numérique via des outils spécialisés, comme le coffre-fort numérique. Est-ce à vous de vous équiper de telles solutions  ? Pas vraiment. Il s’agit surtout de vous assurer que votre client archive bien ses pièces comptables. En cas de contrôle, c’est en effet bien chez lui que les pièces devront être dûment présentées !

Les commentaires sont fermés.