MrEpargne :: BLOG

Bourse, Immobilier, Banque, Placement, Investissement

Bien utiliser les comptes à terme

Avec des taux bas, les comptes à terme offrent des opportunités de placement à ne pas négliger en complément des livrets d’épargne.

Ouvrir un compte à terme revient tout simplement à prêter de l’argent à une banque pour une durée déterminée en échange d’une rémunération. En fonction de ses besoins, l’épargnant confie à une banque ses liquidités pour une durée allant de un à 48 mois. Avantage, ces comptes ne comportent généralement aucun frais d’ouverture, de clôture ou de gestion. Seuls des frais de retraits anticipés sont prévus. Les banques fixent librement le montant minimum et le plafond des comptes à terme qu’elles proposent. C’est un placement sûr puisque le capital déposé est garanti.


Durée fixe

D’abord, les comptes à terme à taux fixe, dits classiques, offrent une rémunération connue à l’avance grâce à un taux de rendement fixé contractuellement avec la banque. Le taux varie en fonction de la durée du placement, du montant placé – plus le montant est important, plus le rendement est élevé – et des taux moyens à court terme pratiqués sur le marché monétaire. C’est par exemple le cas de l’offre d’ING Direct qui propose pour un placement de 9 mois, un taux de rémunération de 4,2% brut (2,98% net après prélèvement forfaitaire libératoire – PFL) pour un dépôt compris entre 10 000 et 49 999 euros et 4,4% (3,12%) pour une somme supérieure à 50 000 euros. Les rendements sont garantis pour l’épargnant s’il respecte la durée de blocage de ses fonds. Sinon, en cas de sortie anticipée, des pénalités sont appliquées.

Pour les indécis

Ensuite, les comptes à terme progressifs fonctionnent par périodes : mensuelles, trimestrielles, semestrielles ou annuelles. A la fin de chaque palier, le client peut retirer ses fonds sans pénalités. Lorsque l’épargnant repart pour une nouvelle période, il bénéficie alors d’un taux bonifié par rapport au précédent pour le récompenser de sa fidélité. Ainsi, le Crédit Mutuel propose un compte à terme progressif qui commence avec un taux de 4,3% brut (3,05% après PFL) de 6 à 36 mois. A chaque semestre le taux de rémunération augmente, pour atteindre 5,6% brut (3,98% après PFL) pour le dernier semestre.

Si un épargnant ne connaît pas à l’avance la durée d’immobilisation qu’il est prêt à consentir pour ses liquidités, il optera plutôt pour le compte à terme progressif, plus souple que le compte à terme classique.
Fiscalité

Les intérêts générés par les comptes à terme sont imposables à l’impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux. Deux choix sont possibles pour les épargnants et n’hésitez pas pour en savoir plus.

Les commentaires sont fermés.