Mr Epargne :: Blog

Bourse, Immobilier, Banque, Placement, Investissement

Les français et leurs voitures

Prix de l’essence qui explose, coûts d’entretien élevés, l’automobile pèse dans le budget des Français. Malgré tout et d’après une étude auprès de français réalisée par l’institut Ifop, 86% des Français restent fermement attachés à la possession de leur véhicule. Seuls 14% des Français estiment que posséder son propre véhicule est « dépassé ».

Pour les Français, se passer de la voiture ne semble pas d’actualité Depuis trois ans, le baromètre observe une progression constante du nombre de personnes estimant que la voiture est devenue un objet qui se banalise, qui devient une commodité (54%, +7 points depuis 2010) au détriment de la proportion de Français qui se la représente avant tout comme une liberté, un moyen d’accéder à l’autonomie dans ses déplacements (31%, -9 points depuis 2010).
La voiture ne fait plus rêver qu’un quart de la population (27%), notamment les jeunes de moins de 25 ans (38%) et les personnes de catégories socio-professionnelles modestes (37% des ouvriers et employés).
Malgré le renforcement de la perception de la voiture comme un objet qui se banalise (73%, +3 points en un an), les Français ne sont pas disposés ou capables aujourd’hui de se passer d’un véhicule, même si les coûts associés (essence, entretien) pèsent sur le budget familial. En effet, posséder son propre véhicule n’est pas dépassé et est toujours d’actualité pour une très grande majorité des Français (86%).
A cet égard, 61% des Français prendront leurs voitures pour partir en vacances cet été, même si 49% d’entre eux déclarent que le prix du carburant aura un impact sur le choix de la destination.
Ainsi, 19% d’entre eux partiront moins loin, 28% compenseront le prix du carburant par une diminution du budget vacances, et 8% partiront moins longtemps que ce qu’ils auraient souhaité. Certains Français économiseront sur tous ces postes à la fois.

Fermement attachés à leur véhicule personnel, les Français se tournent timidement vers des solutions alternatives à l’achat
Ces dernières années, de nouvelles façons d’utiliser un véhicule ont été imaginées comme alternative à l’achat d’une voiture où à son utilisation par un passager unique. Bien qu’ils affirment plutôt bien les connaître, les Français semblent encore peu disposés à les utiliser.

Parmi les nouveaux modes de consommation automobile, c’est le co-voiturage qui bénéficie de la plus grande notoriété au sein de la population : 98% des interviewés en connaissent le principe, notamment chez les moins de 25 ans. Des nouvelles formes de consommation de la voiture, le co-voiturage n’est pas seulement la plus connue, c’est également la plus pratiquée : un quart des personnes connaissant le principe de covoiturage y a recours ponctuellement, une proportion qui atteint 36% chez les moins de 25 ans et 38% chez ceux qui ne possèdent pas de véhicule. Enfin, plus d’un tiers des personnes ne connaissant pas cette formule se dit prêt à l’utiliser (34%).

Internet, guide incontournable de l’achat d’une voiture pour deux Français sur trois
A l’instar de ce que l’on observait dans les deux précédentes éditions du baromètre, Internet apparaît principalement comme un guide voire un soutien pour l’acquisition avec la possibilité de comparer les modèles (62%). 65% des Français se disent prêts aujourd’hui à choisir leur voiture sur Internet alors qu’un peu plus d’un tiers pourrait se lancer dans un achat en ligne (35%).
Alors que les foyers français sont préoccupés par leur budget, l’avantage du prix reste pour Internet un argument de poids face aux réseaux de distribution traditionnels : l’achat sur Internet représente la promesse de prix plus attractifs pour (68%) des Français En matière d’achat d’un véhicule, et bien qu’il présente des avantages certains, Internet reste toutefois distancé par les réseaux de distribution traditionnels sur plusieurs critères :
L’achat chez un distributeur traditionnel conserve une image plus favorable sur la garantie du véhicule (90%), la sécurité de la transaction financière (90%), l’accessibilité du point de vente (82%), la qualité de l’information (77%), la facilité de la démarche (63%), la disponibilité des modèles (60%) et la qualité des informations (59%).
Les personnes qu’Internet rebute dans le cadre d’un achat de véhicule avancent principalement le souhait de voir la voiture avant de l’acheter (47%). 28% des Français préfèrent le contact direct avec un vendeur en concession (+6 points depuis 2011), notamment les personnes âgées (35% des 50-64 ans).
Sur deux critères, Internet et les distributeurs traditionnels se retrouvent à égalité : la rapidité de la commande (49% pour Internet contre 51% pour les distributeurs) et l’importance du choix des modèles (48% pour Internet, contre 52% pour les distributeurs).
Les réticences qu’Internet peut susciter chez les acheteurs potentiels de véhicules peuvent être atténuées par certaines garanties innovantes que proposeraient les professionnels de la vente en ligne mais aussi par les information sur les sites d’essai de voiture comme pour l’audi r8 prix.

Sous l’influence probable des messages sur le patriotisme économique martelés dans les grandes périodes électorales, les Français sont encore plus nombreux cette année à affirmer leur préférence pour les voitures de marques françaises : 52% (+6 points en un an) indiquent préférer les marques nationales. 16% y sont même très attachés. A l’inverse, 48% des interviewés ne prennent pas ce critère en considération.

Commentaires Clos.