Mr Epargne :: Blog

Bourse, Immobilier, Banque, Placement, Investissement

17 mai 2016
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Investir dans des PME en Outremer

Investir dans des PME en Outremer

6494 PME françaises sont issues des territoires ultramarins. Des panneaux solaires, aux sociétés spécialisées dans la fabrication d’outils industriels, nous avons sélectionné quelques PME offrant une opportunité d’investissement intéressante. Sachez qu’à ce titre il existe un fonds d’investissement de proximité, le FIP Inter Invest ISF IR 2016, offrant la possibilité d’investir dans des PME des DOM tout en réduisant votre ISF ou votre impôt sur le revenu.

Hydrotech, le spécialiste de l’assainissement à la Réunion

Hydrotech, est une entreprise spécialisée dans l’assainissement, au capital de 22 millions d’euros. Avec 18 années d’expérience dans ce domaine, elle emploie 86 salariés assurant un service de proximité sur l’ensemble du territoire réunionnais. Traitement des eaux usées, industrielles ou encore l’adduction d’eau potable font partie des spécialisations d’Hydrotech.

Alinea Solar France

Situé dans la ville de Baie-Mahault, l’équipe d’Alinea Solar a construit 3,1 MW de panneaux photovoltaïques en Guadeloupe, ce qui positionne le département en tête des plus importants parcs solaire des Antilles Françaises. Son CA est de 20 millions d’euros.

Société Guadeloupéenne de travaux d’environnement

Avec un chiffre d’affaire de 18 millions d’euros, la société spécialisée dans l’aménagement paysager guadeloupéen compte à son bord une vingtaine de salariés.

Damoiseau, le leader guadeloupéen du rhum

Avec 50% de parts de marché, les rhums Damoiseau se positionnent en leader sur le marché guadeloupéen. Son rhum est exporté dans plus de 40 pays et a déjà conquis six pays asiatiques. Damoiseau commercialise plus de 2 millions de litres dont 75% en Guadeloupe et dans les Caraïbes. Le groupe réalise un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros.

Colisbridge, le partenaire de vos déplacements

Depuis une dizaine d’années, Colisbridge est l’expert dans le fret martiniquais et guadeloupéen. L’objectif est de permettre à ceux qui ont un surplus de passer par leurs services. La société d’origine martiniquaise est implantée à l’aéroport d’Orly.

Biometal Guyane

Depuis 12 ans, Biometal est spécialisée dans la fabrication de structures métalliques et de parties structures. Sur l’année 2015, elle réalise un chiffre d’affaires de 6 millions d’euros.

Gardel, le transformateur de canne en sucre roux

Entre son exploitation agricole et son usine de fabrication de sucre, Gardel est un acteur essentiel de l’économie guadeloupéenne. En 2015, plus de 400 000 tonnes de cannes ont été broyées dans ses usines. Son chiffre d’affaires est de 40 millions d’euros.

Pacific Petroleum Compagny

Créé en 2006, suite au rachat des activités du Groupe Shell en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et au Vanatu, Petroleum vend 460 millions de litres de carburant par an et réalise un chiffre d’affaire de 15 milliards de Francs pacifique. Le Groupe compte une trentaine d’employés en Polynésie française, environ 35 en Nouvelle-Calédonie et une vingtaine au Vanuatu.

Somaco, leader de la distribution à Mayotte

Fondée en 1985, la Somaco est une chaîne de supérettes qui s’étale sur toute l’île. Depuis 30 ans, l’entreprise est l’ambassadeur du confort de vie des Mahorais. Son chiffre d’affaire est estimé à plus de 27 millions d’euros.

16 mars 2016
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Placement Retraite : Le PERP

Placement Retraite : Le PERP

Le PERP ou Plan d’Épargne Retraite Populaire a été créé par la loi n° 2003-775 du 21 août 2003 portant réforme des retraites, pour permettre à toute personne de se constituer un complément de retraite sous forme de rente viagère (il est toutefois possible, lors du départ à la retraite, de sortir en capital dans la limite de 20% de la valeur de rachat du contrat ainsi que de financer l’acquisition d’une première résidence principale).
Le PERP fait partie d’un ensemble de dispositifs d’épargne retraite mais il s’agit du seul produit d’épargne retraite universel, ouvert à tous, quel que soit l’âge ou le statut professionnel.
Le PERP est régi par les articles L.144-2 et suivants du code des assurances. Ces dispositions ont pour objet de protéger les épargnants en posant des conditions de transparence, de sécurité et de performance spécialement adaptées au très long terme.

Fondamentalement, le PERP est un contrat d’assurance-vie. Il est d’ailleurs commercialisé par les mêmes réseaux de distribution. Plus spécialement, il s’agit d’un contrat d’assurance de groupe facultatif, souscrit par une association appelée le groupement d’épargne retraite populaire (GERP),
auprès d’un organisme assureur. Les épargnants adhèrent à cette association et à ce contrat de façon libre et individuelle.
Comme pour d’autres contrats d’assurance-vie, il est possible de choisir entre différentes formes de gestion des PERP.

En principe, une épargne bloquée jusqu’au départ à la retraite
Comme pour l’ensemble des produits d’épargne retraite comme le PERCO, l’épargne investie dans un PERP est liée à la cessation d’activité professionnelle, ce qui la rend indisponible avant la date de liquidation de la
pension dans un régime obligatoire d’assurance vieillesse ou avant 62 ans. C’est pourquoi on qualifie ces produits d’épargne retraite et notamment le PERP de produits « tunnel » comme les solutions d’épargne retraite de Mes Conseillers.

Mais des cas exceptionnels de déblocage anticipé
À titre exceptionnel, pendant la période de constitution du PERP, l’adhérent peut obtenir un déblocage anticipé de l’épargne par un rachat partiel ou total sur le plan et percevoir ainsi tout ou partie de l’épargne accumulée sous forme de capital. Ces cas exceptionnels ont été prévus par l’article L.132-23 du code des assurances pour permettre à l’épargnant de faire face à certains accidents de la vie :

  • expiration des droits de l’assuré aux allocations chômage
  • absence de contrat de travail ou de mandat social pendant deux ans pour les mandataires sociaux révoqués ou non renouvelés
  • cessation d’activité non salariée à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire ou situation justifiant ce rachat selon le président du tribunal de commerce auprès duquel est instituée une procédure de conciliation
  • survenance d’une invalidité mettant dans l’impossibilité d’exercer une activité professionnelle quelconque
  • décès du conjoint ou du co-pacsé
  • situation de surendettement, le déblocage intervenant sur demande adressée à l’assureur par le président de la commission de surendettement des particuliers ou par le juge.

Les français sont conscients des enjeux pour leur retraite et le PERP est une des clés pour débuter la phase de capitalisation.

17 janvier 2016
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Qu’est-ce qu’une convention collective ?

Qu’est-ce qu’une convention collective ?

C’est un accord conclu entre les représentants des employeurs et des représentants des salariés d’un secteur d’activité pour :
• fixer les conditions d’emploi et de travail des salariés de ce secteur,
• déterminer les garanties sociales auxquelles ils ont droit.
Certaines de ses dispositions peuvent être plus favorables aux salariés que le code du travail qui définit le cadre légal et réglementaire minimum. Elles doivent être obligatoirement respectées par les employeurs et les salariés concernés par la convention collective. Ainsi ses clauses s’appliquent aux contrats de travail conclus par ces employeurs, sauf pour les dispositions plus favorables aux salariés éventuellement prévues par ces contrats.
Les employeurs doivent informer les salariés de l’existence de la convention collective et en transmettre le texte aux représentants du personnel s’il y en a. Un avis mentionnant son intitulé et ses modalités de consultation dans l’entreprise doit avoir un affichage obligatoire.
Une convention collective complète, en les améliorant, les dispositions du Code du travail en instituant des dispositions qui n’y sont pas prévues tels que les salaires minimaux ou un régime de prévoyance, par exemple. Elle
comprend un texte de base ainsi que des avenants, accords ou annexes résultant de modifications périodiques sur des points particuliers.
Chaque convention collective définit le cadre géographique et professionnel qu’elle va couvrir. Et c’est l’activité économique principale de l’entreprise, généralement déterminée par le code APE indiqué sur le bulletin de paie, qui la détermine.
Quelque soit l’effectif, elle s’applique :
dans les entreprises où l’employeur est adhérent à une organisation patronale signataire
dans les entreprises où l’employeur décide de l’appliquer volontairement
dans toutes les autres entreprises de la branche et du secteur géographique, quand la convention collective a été étendue par arrêté du Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité.

11 octobre 2015
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Découvrez Prixmmo, les prix immobilier autrement

Découvrez Prixmmo, les prix immobilier autrement

Prixmmo a pour vocation d’aider les acquéreurs/vendeurs lors de la réalisation de leurs projets immobiliers. Les montants dans l’immobilier étant important, il est nécessaire de prendre en considération de nombreux facteurs et notamment le prix du m2. De nombreux sites d’estimation des prix immobilier donnent un prix moyen global, cependant il y a une forte disparité entre un studio et un « 3/4 pièces », c’est pour cela que Prixmmo établit un prix selon le nombre de pièces des logements, du T1 au T5 et plus. Actuellement l’outil est uniquement disponible pour Paris, les prix sont basés sur les milliers de ventes en cours dans la capitale.

Une prévision des prix à horizon 10 ans est également disponible, basé sur l’évolution des prix des 25 dernières années et la conjoncture actuelle. Les données statistiques de l’INSEE complètent les informations données par arrondissement et quartier. L’objectif est de fournir toutes les informations déterminantes avant de se lancer dans un projet immobilier.

Le blog immobilier vous permettra de prendre connaissance de l’actualité immobilière et d’obtenir des conseils. Si vous avez besoin d’un conseil spécifique ou d’être mis en relation avec un professionnel, l’équipe Prixmmo se tient à votre disposition.

N’hésitez plus, venez découvrir Prixmmo -> (www.prixmmo.fr)

L’équipe Prixmmo

7 septembre 2015
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Les aides pour les SCI

Les aides pour les SCI

Une société civile immobilière est un instrument de gestion de patrimoine constitué par au moins deux personnes, et dont l’objet peut être notamment de détenir, d’assurer la gestion, voire la transmission d’un immeuble en vue d’en partager les bénéfices ou de profiter de l’économie qui pourrait en résulter. C’est une société de personnes dont les associés sont tenus indéfiniment des dettes sociales à proportion de leurs parts dans le capital social.
Quelques caractéristiques
Plusieurs principes caractérisent une SCI :

  • la loi ne fixe pas de capital minimum,
  • il faut au moins deux associés pour la constituer (personnes physiques ou morales),
  • la gestion est assurée par un ou plusieurs gérants,
  • elle ne peut pas exercer d’activité commerciale.

Les SCI les plus couramment constituées par des particuliers
La société civile immobilière de location ou de gestion
Il s’agit de la forme la plus répandue des SCI. Elle a pour principal objet la propriété, la gestion et plus généralement l’exploitation par la location d’un immeuble.
La société civile immobilière d’attribution
Elle a pour principal objet l’acquisition d’un immeuble, son aménagement en vue de sa division par fractions destinées à être attribuées aux associés en propriété et en jouissance.
La société civile de placement immobilier (SCPI)
Elle a pour objet exclusif l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif dont les investissements sont issus de l’épargne collectée auprès du public.
La société civile immobilière de construction vente
Plus spécifiquement utilisée par les sociétés de promotion immobilière, elle a pour principal objet l’acquisition d’un terrain à bâtir afin de procéder à l’édification d’un immeuble et la vente en totalité ou par fraction de l’immeuble.

LES AIDES FINANCIÈRES mobilisables
Toutes les aides disponibles pour permettre aux particuliers de financer leurs travaux d’efficacité énergétique ne le sont pas systématiquement pour les SCI.
Il peut également exister des conditions spécifiques pour en bénéficier et vous pouvez trouver toutes les aides financières sur cette page.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique
Les SCI, en tant que personnes morales, ne sont pas éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique car cette aide fiscale ne peut être accordée qu’à une personne physique.
Cependant un associé de la SCI peut en bénéficier en son nom s’il occupe le logement à titre d’habitation principale. La facture doit comporter le nom et l’adresse du contribuable. Elle peut également indiquer le nom de la SCI si le logement est mis gratuitement à disposition du contribuable associé de la SCI.
Dans ce cas, les dépenses seront prises en compte en fonction de la quote-part des droits du contribuable dans la SCI.
Les associés d’une SCI, dont le logement qui fait l’objet des travaux est en location, ne peuvent plus bénéficier du crédit d’impôt depuis le 1er janvier 2014.

L’éco-prêt à taux zéro
Les SCI, non soumises à l’impôt sur les sociétés dont au moins l’un des associés est une personne physique, peuvent bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro «individuel» sur tous les types de travaux éligibles, y compris en copropriété sur les travaux réalisés sur les parties communes et les équipements collectifs, ainsi que sur les travaux d’intérêt collectif sur les parties privatives.
Si le logement appartenant à la SCI est en copropriété, la SCI peut également bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro « copropriétés » pour les travaux réalisés sur les parties communes et les équipements collectifs, ainsi que sur les travaux d’intérêt collectif réalisés sur les parties privatives.
Pour bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro « individuel » ou « copropriétés », le logement doit être occupé ou destiné à être occupé à titre de résidence principale, soit gratuitement par un associé personne physique de la SCI, soit par un locataire. Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager tout en veillant sur son endettement net global.

La TVA à taux réduit
Les SCI peuvent bénéficier d’un taux réduit de TVA dans les mêmes conditions que tout particulier réalisant des travaux de rénovation énergétique, et ce, quel que soit le statut d’occupation du logement (résidence principale, résidence secondaire, location saisonnière).

28 juillet 2015
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur L’assurance emprunteur en crédit immobilier

L’assurance emprunteur en crédit immobilier

assurance-viePour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d’obtenir un crédit immobilier ainsi qu’une assurance emprunteur.
L’assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu’un risque tel que le décès, l’accident ou la maladie se réalise.
L’établissement de crédit peut également vous demander des garanties telles que le cautionnement ou l’hypothèque ; elles seront mises en œuvre si vous ne remboursez pas.

Pourquoi s’assurer
L’assurance emprunteur vous protège, vous et votre famille. Ainsi, en cas de décès, d’accident ou de maladie, l’assurance prend en charge le remboursement total ou partiel de votre prêt en fonction du contrat que vous avez souscrit.
Cette assurance permet donc d’éviter certaines difficultés financières qui pourraient conduire à la vente du bien pour rembourser le prêteur.

A quel moment rechercher une assurance ?
Pour réaliser en toute sérénité votre projet immobilier, anticipez la recherche de votre assurance avant même la signature de votre compromis de vente et sans attendre l’acceptation de votre prêt.
Cela vous permet de :

  • Mettre en concurrence plusieurs contrats en comparant les offres (garanties, prestations, tarifs…)
  • Gagner du temps si vous devez répondre à des questionnaires de santé détaillés et effectuer des examens médicaux supplémentaires
  • Savoir à l’avance si vous êtes assurable et à quelles conditions : niveau de couverture, exclusions, tarif standard ou spécifique.

Quels types d’assurance souscrire ?
L’assurance emprunteur peut couvrir différents risques : le décès, l’invalidité, l’incapacité de travail, la perte d’emploi.
Avant de souscrire, renseignez-vous auprès de votre conseiller et lisez attentivement la notice d’information du contrat d’assurance pour appréhender toutes les modalités de l’assurance.

L’Assurance décès couvre non seulement le décès, mais aussi les cas d’invalidité extrêmement grave, appelée «perte totale et irréversible d’autonomie» (PTIA).
Dans ces deux cas, elle rembourse à votre place le capital restant dû à l’établissement de crédit. Elle est indispensable pour la sécurité de votre conjoint, des co-emprunteurs, de vos enfants ou de vos ayants droit.

L’Assurance invalidité / incapacité de travail prend en charge le remboursement des échéances si à la suite d’une maladie ou d’un accident, vous vous trouvez en incapacité d’exercer votre activité professionnelle ou toute autre activité rémunérée de façon non définitive ou partielle.
L’étendue de la garantie et la notion d’invalidité / incapacité de travail figurent dans votre contrat.

L’Assurance perte d’emploi a pour objet la prise en charge de tout ou partie des remboursements des échéances en cas de chômage. Elle entre en jeu sous certaines conditions et peut cesser lorsque l’assuré a atteint un certain âge.
Les conditions d’indemnisation sont différentes selon les contrats.

Comment s’assurer ?

  • soit chacun pour la totalité du capital (x fois 100%). Ainsi, en cas de décès de l’un des co-emprunteurs, l’assureur règlera la totalité du capital restant dû,
  • soit chacun pour une partie du capital. Par exemple, si chacun est assuré à hauteur de 50 %, en cas de décès de l’un d’eux, l’assureur paiera la moitié de ce qui reste dû.

Si vous empruntez avec votre conjoint, il est recommandé de vous assurer chacun pour le montant total du prêt (chacun à 100%) ou au moins d’assurer à 100 % celui qui a les revenus les plus importants.

Auprès de qui s’assurer ?
Vous pouvez souscrire votre assurance auprès des établissements de crédit, des assureurs et des courtiers.
L’établissement de crédit, auprès duquel vous avez déposé votre demande de prêt peut vous proposer une assurance emprunteur (assurance groupe ou individuelle). L’assurance groupe est un contrat d’assurance collective négocié par la banque auprès d’un assureur pour en faire bénéficier ses clients. Les formalités d’adhésion sont simples et en cas de mise en jeu de l’assurance, la prise en charge est facilitée. Mais vous pouvez choisir parmi les propositions des assureurs.

Vous pouvez proposer à votre banque un contrat individuel spécifique souscrit auprès d’un assureur de votre choix. Celui-ci désigne alors l’établissement de crédit comme bénéficiaire des capitaux garantis en lui adressant une « délégation d’assurance ». Ce document est signé et accepté par l’établissement de crédit, l’assureur et l’emprunteur s’engagent mutuellement à le respecter. L’assureur s’engage à verser la somme due à l’établissement de crédit, en cas de décès par exemple, et à l’informer en cas de non-paiement des primes par l’emprunteur.
N’hésitez pas à interroger votre conseiller bancaire pour de plus amples informations et AsduGrandLyon est un autre site intéressant.

Quels sont les points à vérifier dans votre contrat ?
Vérifiez attentivement toutes les exclusions qu’elles soient générales, ou personnelles suite à l’examen de votre dossier.
Consultez le tarif de l’assurance. Selon les contrats, il peut être exprimé :

  • en euros en proportion du capital emprunté,
  • ou en pourcentage soit du capital initial emprunté, (la cotisation reste identique tout au long du remboursement du prêt) soit en capital restant dû (la cotisation diminue à mesure du remboursement du prêt).

30 juin 2015
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Le Monte Escalier

Le Monte Escalier

Lorsque l’on perd en autonomie, il devient difficile de se mouvoir aisément dans son habitation, surtout en présence d’escaliers. Le monte-escalier est alors la solution idéale pour se déplacer d’un étage à l’autre sans assistance et pouvoir ainsi rester dans son logement. C’est une solution de confort supplémentaire, qui allie praticité et sécurité.

Il existe de plus de nombreux modèles pour répondre à chaque demande ou situation dans les gammes de monte-escalier Thyssenkrupp Encasa . Quelle que soit la configuration de votre maison, vous trouverez un équipement adapté, auquel il sera possible d’ajouter les options souhaitées en fonction de votre budget, mais surtout de vos besoins.

Le monte-escalier électrique
Le monte-escalier électrique est la solution la plus répandue pour faciliter l’accès des seniors à un étage. Il convient à toutes les personnes dont la mobilité est difficile et réduite.
Contrairement à la plateforme élévatrice ou au mini-ascenseur, ce dispositif d’aide à l’autonomie s’adapte à tous les types d’escaliers et à toutes sortes de contraintes techniques.

La plateforme-fauteuil
Également appelée élévateur, la plateforme-fauteuil est une excellente alternative au mini-ascenseur. Elle se divise en deux catégories, la plateforme monte-escalier et la plateforme à élévation verticale. Le choix doit alors être fait selon les besoins et la configuration des lieux.

Le diable monte-escalier
Le diable monte-escalier, également appelé monte-escalier mobile, se démarque des autres modèles, car il nécessite l’intervention d’un accompagnant.

Le fauteuil monte-escalier
Le fauteuil monte-escalier assure un véritable confort, car il offre une totale autonomie à l’utilisateur.

Il s’agit d’un fauteuil roulant électrique équipé de chenilles qui lui permettent de gravir des trottoirs ou même des escaliers.
Il peut ainsi descendre ou monter les marches d’une pente de 65 % et franchir un trottoir de 20 cm sans aucune aide extérieure.

Passer par un professionnel : une obligation
L’installation d’un monte-escalier ou d’un ascenseur particulier doit respecter des normes de sécurité.
Il est donc primordial de passer par un spécialiste quant à sa mise en œuvre.

Il existe des modèles de monte-escalier à monter soi-même, mais il est déconseillé de se lancer dans ce type de travaux, car la sécurité de l’utilisateur est en jeu !
De plus, en faisant installer votre appareil par un professionnel, vous bénéficierez :

  • du respect des normes de sécurité ;
  • d’une installation rapide (une demi-journée pour un monte-escalier droit, une journée pour un modèle tournant, un à trois jours pour une plateforme pour fauteuil roulant, et minimum deux jours pour un mini-ascenseur) ;
  • d’aides au financement de votre Monte-Escalier avec une TVA réduite à 5,5 % sur l’achat de votre installation et sa pose ;
  • d’une garantie de l’installation et de l’appareil (en général douze à vingt-quatre mois) ;
  • de la possibilité de souscrire un contrat d’entretien annuel de votre installation.

2 septembre 2014
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur L’achat d’une voiture

L’achat d’une voiture

Parfois, devenir propriétaire d’une voiture est vraiment nécessaire, par manque d’autres possibilités, l’absence de transports en commun facilement accessibles, par exemple.
Cet article a le but de vous aider dans votre choix.

1. Voiture Neuve ou auto d’occasion
Notre parc automobile vieillit. On constate que son âge moyen est passé de 5 ans et 2 mois en 1982 à 6 ans en 1991 et à 7 ans et 7 mois en 2012. Lorsque l’on connaît les progrès réalisés ces dernières années en matière d’économie de carburants et de respect de l’environnement, on peut regretter de voir encore trop souvent sur nos routes de vieux véhicules particulièrement polluants.
Le choix d’une automobile d’occasion est souvent économique. Mais peut-être vaut-il la peine de se demander si la différence des coûts d’utilisation – consommation, fiabilité, garantie, pollution, etc. –ne vaut pas la peine de payer plus cher à l’achat…

2. La dimension
Pour réduire la consommation de carburant et les frais d’utilisation en général, il faut éviter d’acheter un véhicule plus grand que nécessaire. Plus le véhicule est grand, plus il est lourd et plus son moteur doit être puissant, or la puissance se paye cash en consommation de carburant. Plus cher à l’achat, un véhicule trop grand s’avère donc également fort coûteux à l’usage. A l’inverse, naturellement, les véhicules petits et légers consomment en général moins de carburant et polluent moins.

3. La puissance
En général, plus le moteur est gros (on mesure son volume par la cylindrée, c’est à dire le volume des cylindres qui le composent) plus il a tendance à consommer du carburant. Un gros moteur se justifie pour le transport de charges lourdes, là où un petit moteur est amené à travailler au maximum de sa puissance et donc à dépasser sa meilleure efficacité par rapport à la consommation. Un turbo-compresseur peut être efficace pour améliorer les performances d’un petit moteur et réaliser ainsi des économies de carburant. Par contre, il ne s’avère pas toujours être une bonne affaire pour un moteur de taille moyenne. L’accroissement de puissance qui n’est pas indispensable a tendance à accroître la consommation surtout si l’on utilise le moteur dans cette marge de puissance pour réaliser des “performances”.

4. Le carburant
Les voitures diesel obtiennent généralement de meilleurs résultats en termes de consommation, mais émettent davantage de polluants atmosphériques comme le monoxyde de carbone CO, les oxydes d’azote NOx, les poussières et les résidus d’hydrocarbures. Une voiture équipée d’une installation LPG est moins polluante qu’une voiture à essence, tant pour les émissions de CO2 que pour les polluants atmosphériques.

21 août 2014
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Les français et leurs voitures

Les français et leurs voitures

Prix de l’essence qui explose, coûts d’entretien élevés, l’automobile pèse dans le budget des Français. Malgré tout et d’après une étude auprès de français réalisée par l’institut Ifop, 86% des Français restent fermement attachés à la possession de leur véhicule. Seuls 14% des Français estiment que posséder son propre véhicule est « dépassé ».

Pour les Français, se passer de la voiture ne semble pas d’actualité Depuis trois ans, le baromètre observe une progression constante du nombre de personnes estimant que la voiture est devenue un objet qui se banalise, qui devient une commodité (54%, +7 points depuis 2010) au détriment de la proportion de Français qui se la représente avant tout comme une liberté, un moyen d’accéder à l’autonomie dans ses déplacements (31%, -9 points depuis 2010).
La voiture ne fait plus rêver qu’un quart de la population (27%), notamment les jeunes de moins de 25 ans (38%) et les personnes de catégories socio-professionnelles modestes (37% des ouvriers et employés).
Malgré le renforcement de la perception de la voiture comme un objet qui se banalise (73%, +3 points en un an), les Français ne sont pas disposés ou capables aujourd’hui de se passer d’un véhicule, même si les coûts associés (essence, entretien) pèsent sur le budget familial. En effet, posséder son propre véhicule n’est pas dépassé et est toujours d’actualité pour une très grande majorité des Français (86%).
A cet égard, 61% des Français prendront leurs voitures pour partir en vacances cet été, même si 49% d’entre eux déclarent que le prix du carburant aura un impact sur le choix de la destination.
Ainsi, 19% d’entre eux partiront moins loin, 28% compenseront le prix du carburant par une diminution du budget vacances, et 8% partiront moins longtemps que ce qu’ils auraient souhaité. Certains Français économiseront sur tous ces postes à la fois.

Fermement attachés à leur véhicule personnel, les Français se tournent timidement vers des solutions alternatives à l’achat
Ces dernières années, de nouvelles façons d’utiliser un véhicule ont été imaginées comme alternative à l’achat d’une voiture où à son utilisation par un passager unique. Bien qu’ils affirment plutôt bien les connaître, les Français semblent encore peu disposés à les utiliser.

Parmi les nouveaux modes de consommation automobile, c’est le co-voiturage qui bénéficie de la plus grande notoriété au sein de la population : 98% des interviewés en connaissent le principe, notamment chez les moins de 25 ans. Des nouvelles formes de consommation de la voiture, le co-voiturage n’est pas seulement la plus connue, c’est également la plus pratiquée : un quart des personnes connaissant le principe de covoiturage y a recours ponctuellement, une proportion qui atteint 36% chez les moins de 25 ans et 38% chez ceux qui ne possèdent pas de véhicule. Enfin, plus d’un tiers des personnes ne connaissant pas cette formule se dit prêt à l’utiliser (34%).

Internet, guide incontournable de l’achat d’une voiture pour deux Français sur trois
A l’instar de ce que l’on observait dans les deux précédentes éditions du baromètre, Internet apparaît principalement comme un guide voire un soutien pour l’acquisition avec la possibilité de comparer les modèles (62%). 65% des Français se disent prêts aujourd’hui à choisir leur voiture sur Internet alors qu’un peu plus d’un tiers pourrait se lancer dans un achat en ligne (35%).
Alors que les foyers français sont préoccupés par leur budget, l’avantage du prix reste pour Internet un argument de poids face aux réseaux de distribution traditionnels : l’achat sur Internet représente la promesse de prix plus attractifs pour (68%) des Français En matière d’achat d’un véhicule, et bien qu’il présente des avantages certains, Internet reste toutefois distancé par les réseaux de distribution traditionnels sur plusieurs critères :
L’achat chez un distributeur traditionnel conserve une image plus favorable sur la garantie du véhicule (90%), la sécurité de la transaction financière (90%), l’accessibilité du point de vente (82%), la qualité de l’information (77%), la facilité de la démarche (63%), la disponibilité des modèles (60%) et la qualité des informations (59%).
Les personnes qu’Internet rebute dans le cadre d’un achat de véhicule avancent principalement le souhait de voir la voiture avant de l’acheter (47%). 28% des Français préfèrent le contact direct avec un vendeur en concession (+6 points depuis 2011), notamment les personnes âgées (35% des 50-64 ans).
Sur deux critères, Internet et les distributeurs traditionnels se retrouvent à égalité : la rapidité de la commande (49% pour Internet contre 51% pour les distributeurs) et l’importance du choix des modèles (48% pour Internet, contre 52% pour les distributeurs).
Les réticences qu’Internet peut susciter chez les acheteurs potentiels de véhicules peuvent être atténuées par certaines garanties innovantes que proposeraient les professionnels de la vente en ligne mais aussi par les information sur les sites d’essai de voiture comme pour l’audi r8 prix.

Sous l’influence probable des messages sur le patriotisme économique martelés dans les grandes périodes électorales, les Français sont encore plus nombreux cette année à affirmer leur préférence pour les voitures de marques françaises : 52% (+6 points en un an) indiquent préférer les marques nationales. 16% y sont même très attachés. A l’inverse, 48% des interviewés ne prennent pas ce critère en considération.

24 juillet 2014
par @RicheIdee.com
Commentaires fermés sur Souscrivez une assurance obsèques pour éviter à vos proches des soucis

Souscrivez une assurance obsèques pour éviter à vos proches des soucis

Une disparition peut susciter des difficultés financières, matérielles et des démarches importantes. Comment être sûr que tout
sera organisé comme vous le souhaitez ? En prenant la précaution de souscrire une assurance
obsèques selon la formule qui vous convient.

Assurer à vos proches un capital qui les aidera à faire face le moment venu
L’assurance obsèques est adaptée aux personnes qui désirent réserver une somme d’argent aux bénéficiaires de leur choix en vue des différentes dépenses liées à leur disparition. La somme peut aller jusqu’à 8 000 € de capital hors droits de succession (selon la législation en vigueur).

La prise en charge totale de vos obsèques
La convention obsèques permet de prévoir à la fois le financement et l’organisation des obsèques. Par cette formule plus complète, l’assuré a la certitude que ses volontés seront fidèlement respectées.
Ce type d’assurance comprend le rapatriement du corps, l’organisation des funérailles selon les vœux exprimés, la prise en charge de toutes les formalités administratives et l’assistance des proches après le décès.

Vous avez le choix d’un contrat complet qui vous permet de financer et d’organiser vous-même vos obsèques, et d’assurer à vos proches une assistance qui les soulagera.
Quel que soit votre état de santé, aucune formalité médicale ne vous est demandée : ni déclaration de bonne santé, ni questionnaire médical.
Votre cotisation d’assurance est fixée une fois pour toutes en fonction d’une formule choisie. Quels que soient votre âge et l’évolution du coût des obsèques, les cotisations ne bougeront pas.

Attention, vous ne devez pas confondre contrat et assurance obsèques. Tous deux prévoient le versement d’un capital et l’établissement d’un devis. Cependant, dans le cadre d’une assurance obsèques, le bénéficiaire sera libre d’utiliser ce capital comme il le souhaite alors que dans la cadre du contrat obsèques, ce dernier sera tenu de respecter les volontés du prescripteur. Pour plus d’informations consulter la source.

Le contrat obsèques est traité par un professionnel des services funéraires qui assure une permanence téléphonique 24h/24, une intervention rapide et une exécution complète des prestations choisies.